Retour à la liste des pilotes

Pilote sur DS/ID


La photo vous intéresse, contactez Citroën en compétition.

Arnault Gilles

Principaux résultats

1975
Rallye du Maroc: Abandon
Rallye de Grande-Bretagne (RAC) : Abandon
1976
Rallye TT Boue et haricots : 3ème, 1er groupe
Rallye TT des chemins creux : Abandon
Rallye TT plaines et vallées : 6ème, 1er groupe
Ronde TT de l’île de France : 9ème, 1er groupe
Rallye TT de Nancy : 15ème, 1er groupe
1977
Rallye TT Jean de la Fontaine : 5ème, 1er groupe
Rallye TT de Nancy : 19ème
1978
Rallye TT Infernal : 2ème , 1er groupe
Rallye TT des terres de Beauce : 8ème, 2ème groupe
Ronde TT de l’île de France : 12ème, 1er groupe
1979
Rallye TT plaines et vallées : 54ème,
Ronde TT de l’île de France : 14ème, 1er groupe
Rallye TT Jean de la Fontaine : 1er groupe
1980
Rallye TT de Nancy : 19ème
Rallye TT plaines et vallées : Abandon,
1982
Rallye TT Cidre et pommiers : 22ème, 1er groupe
Rallye TT plaines et vallées : Abandon

Présentation

Gil Arnault restera dans les mémoires du tout-terrain comme l’homme à la DS noire avec laquelle il a fait des étincelles pendant plusieurs années. Pour ce chauffeur routier originaire de Garches, l’aventure automobile débute en 1969 sur une R8 Gordini avec laquelle il dispute des épreuves nationales du nord de la France à tout juste 21 ans. Il restera sur l’asphalte jusqu’en 1974 avec successivement une Alpine A110 1300S, puis 1600 avec laquelle il décroche une jolie performance en terminant 10ème du Critérium Lucien Bianchi.

EN 1975, en compagnie d’Augustin Lemiere, il dispute deux rallyes internationaux sur DS. Au rallye du Maroc ils abandonneront suite à des problèmes de faisceau électrique, avant de renoncer sur sortie de route au rallye de Grande-Bretagne (RAC). Gil décide donc de s’orienter plutôt vers le championnat de France des rallyes tout-terrains 1976. Pour cela il se prépare une DS pour les épreuves de plaine, et un Bab-Buggy pour les épreuves de montagne.

Le calcul s’avère payant pour sa première saison puisqu’il termine 10ème du championnat de France après avoir fait le plein de points sur les épreuves de plaine où la DS s’est montrée à son avantage. Malheureusement les années se suivent mais ne se ressemblent pas et la saison 1977 sera marquée par de nombreux abandons qui ne permettront pas à Gil de se classer mieux que 17ème du championnat.

En 1978 il repart avec une nouvelle DSuper 5 équipée d’un moteur de DS21. Avec une fiabilité retrouvée, il termine 8 des 9 épreuves auxquelles il participe, quasi-systématiquement sur le podium du groupe et remporte le titre de champion de France du groupe C réservé aux berlines fermées. Ce sera indiscutablement sa meilleur saison marquée notamment par une 2ème place au classement général du redoutable rallye Infernal.

Jusqu’en 1982, Gil va continuer à courir avec ses inusables DS. La concurrence devenant de plus en plus vive la DS va se trouver handicapée par son gabarit et sa puissance somme toute modeste. Cela ne l’empêchera pas de récolter régulièrement des victoires de groupe, la dernière semblant être celle du rallye tout-terrains Cidres et Pommiers en 1982.